Retraite : Quels sont les meilleurs placements pour investir ?

Vous réalisez déjà des placements sur des produits d’épargne en vue de votre départ à la retraite ? C’est une excellente chose ! Cependant, il est également intéressant de placer votre argent sur plusieurs dispositifs de façon à augmenter les rendements et donc, avoir une retraite plus confortable. Voici quels sont les placements à favoriser pour votre retraite.

Les différentes solutions d’épargne possibles pour la retraite

Il existe de nombreux dispositifs d’épargne retraite. C’est pour cette raison que depuis 2019, le gouvernement français a décidé d’opter pour un tout nouveau produit appelé Plan Épargne Retraite (PER). Celui-ci vient remplacer tous les anciens produits.

Voici les solutions existantes :

Placements Retraite

Bon à savoir :
Tous les anciens produits d’épargne retraite (PERP, Prefon, Article 83, Madelin…) restent toujours actifs, mais ne sont plus commercialisés. Les détenteurs peuvent les conserver et continuer d’y faire des versements ou bien les transférer vers un autre dispositif.

Le Plan d’Epargne Retraite (PER)

Directement issu de la loi Pacte, le PER voit le jour en 2019. Il remplace tous les anciens contrats individuels ou professionnels. Le PER se décline en plusieurs versions :

Cet investissement est ouvert à tous les profils, quels que soient l’âge et la situation professionnelle. Toutefois, pour les PER d’entreprise, il peut exister des conditions d’ancienneté et de statut pour en bénéficier.

L’épargne constituée sur un PER est bloquée jusqu’à la retraite, moment où il est possible de demander une sortie en rente, en capital ou un mélange de rente et capital.

Bon à savoir :
Un déblocage anticipé des fonds peut être réalisé dans certains cas exceptionnels, comme la perte d’autonomie, perte de droits chômage ou encore pour l’acquisition de la résidence principale (à l’exception des versements obligatoires de l’entreprise qui sont uniquement dédiés à la retraite).

La gestion du PER peut être autonome ou pilotée selon le choix du détenteur. Plus l’épargnant est jeune et plus ses fonds sont placés sur des actifs risqués, mais rémunérateurs. À l’inverse, en se rapprochant de l’âge de la retraite, les placements sont mis sur des actifs moins risqués, mais moins rémunérés.

Enfin, les versements volontaires sont déductibles des impôts sur le revenu dans la limite de 10 % du revenu professionnel annuel. Si l’épargnant ne souhaite pas bénéficier de l’exonération fiscale à l’entrée, il peut bénéficier d’avantages à la sortie.

Bon à savoir :
Selon les recommandations, dès 40 ans, il conviendrait de verser 10 % de son revenu de façon à bénéficier d’un complément de retraite optimal.

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA)

Moins connu que les autres plans d’épargne, le Plan d'Epargne en Actions (PEA) ouvre des avantages fiscaux par le biais de portefeuilles d’actions. Cependant, il est très complexe puisqu’uniquement basé sur des actifs risqués sur un marché fluctuant. Il n’est pas conseillé pour les épargnants novices ou ceux disposant de modestes revenus. Il nécessite aussi une bonne connaissance du marché ou de faire appel à un professionnel pour la gestion.

Bon à savoir :
Le PEA est plafonné à 150 000 euros pour un célibataire et 300 000 euros pour un couple.

Si la sortie des fonds peut avoir lieu n’importe quand, le PEA n’est avantageux qu'après 8 ans. La sortie du capital peut être effectuée en capital ou rente viagère, totalement exonérée d’impôt, ce qui constitue donc un complément net d’impôt à la retraite.

Voici un récapitulatif des avantages du PEA en sortie :

Moment du retrait de l’épargne du PEA Conséquences Fiscalité
Entre 0 et 2 ans

                          -

Gains taxés à hauteur de 22,5 % et épargne soumise aux prélèvements sociaux calculés le jour de la réalisation du gain
Entre 2 et 5 ans Clôture obligatoire du PEA Gains taxés à 19 % et épargne soumise aux prélèvements sociaux calculés le jour de la réalisation du gain
Entre 5 et 8 ans

                           -

Gains taxés uniquement sur les prélèvements sociaux calculés le jour de la réalisation du gain
Après 8 ans Clôture facultative, mais plus de versements possibles Gains taxés uniquement sur les prélèvements sociaux calculés le jour de la réalisation du gain

Les anciens plans d’épargne n’étant plus commercialisés, mais toujours actifs

Le Plan d’Épargne Retraite Populaire (PERP)

Le Plan d'Epargne Retraite Populaire (PERP) est un dispositif d’épargne sur le long terme sans condition d’âge, mais plutôt ouvert aux personnes ayant une activité professionnelle. En effet, le contractant peut y placer ses économies durant sa vie active, de façon à s’offrir un complément de retraite le moment venu. Il n’y a aucune obligation de régularité ni de montant de versement, ceux-ci peuvent être réalisés périodiquement ou régulièrement, à montant fixe ou libre.

Il existe trois types de contrat PERP :

  • Le contrat de rente viagère différée permettant l’acquisition directe de droits à une rente ;
  • le contrat en unités de rente qui permet de cumuler des points à convertir en rente (sur le même modèle que la retraite) ;
  • le contrat multi-supports pour constituer un capital à convertir en rente viagère ou versé en espèces.
Bon à savoir :
L'épargne constituée est bloquée jusqu’au départ à la retraite, mais un déblocage anticipé est possible en cas de décès du titulaire, d’invalidité, de décès du conjoint (époux ou Pacs), expiration des droits chômage, surendettement, cessation d’activité non salariée après liquidation judiciaire et si le montant de l’épargne constituée est inférieur à 2 000 euros.

Au moment de la retraite, l’épargne peut être sortie sous forme de rente viagère, mais aussi sous forme de capital. Cependant, celui-ci est réparti comme suit : 20 % en capital et 80 % en rente viagère.

Bon à savoir :
Si le montant de la rente n’excède pas 100 euros par mois, l’assureur peut verser la totalité de l’épargne en capital.

En termes de fiscalité, les versements effectués sur le PERP sont déductibles des revenus imposables au cours de la même année. Cependant, il existe un plafond à ne pas dépasser pour chacun des membres du foyer fiscal. Pour 2023, il convient de choisir la formule la plus intéressante entre :

  • 10 % des revenus de 2022 nets avec une déduction maximale de 35 194 euros ;
  • Ou 4 114 euros si le montant est plus élevé.

Pour la fiscalité en sortie, celle-ci varie en fonction du mode choisi. Voici un tableau récapitulatif pour y voir plus clair.

Type de sortie de l’épargne PERP Fiscalité à la sortie
Rente Imposition selon les règles applicables aux rentes viagères, pensions et retraites
Rente et capital La rente est imposée selon les règles des rentes viagères, pensions et retraites
Le capital est imposé selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu
Capital uniquement (pour les rentes inférieures à 100 euros par mois) Imposition selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu
Bon à savoir :
Que le capital soit versé en une seule fois ou accompagné d’une rente, le titulaire peut demander à bénéficier du prélèvement libératoire à hauteur de 7,5 % si la somme est versée en une seule fois et que le PERP a uniquement été alimenté par des versements déductible de l’impôt sur le revenu.

Le PERP n’est plus commercialisé depuis le 1er octobre 2020, toutefois, les épargnants peuvent continuer d’y faire des versements et de profiter de ses avantages. Depuis la création des PER, il est possible de basculer l’épargne d’un PERP vers un PER individuel ou un PER d’entreprise.

Le contrat Madelin

C’est un dispositif qui était destiné aux professions libérales et aux travailleurs non-salariés (TNS). Le but est d’effectuer des versements durant les années d’exercice de façon régulière et dont le montant est imposé dès la souscription. Celui-ci peut être augmenté maximum 15 fois depuis l’ouverture.

Au moment de la retraite, le capital disponible sur le contrat Madelin est débloqué sous forme de rente viagère soumise à l’impôt sur le revenu.

Les contrats Prefon et Corem

Ces épargnes retraite non obligatoires n’étaient destinées qu’aux fonctionnaires. La Prefon fonctionne via un système de points pour débloquer l’épargne au moment de la retraite. Elle pourra être perçue sous forme de rente viagère ou capital dans la limite de 20 % du montant du contrat.

Le régime fiscal des contrats Prefon et Corem est identique à celui du PERP.

Les placements fiables

Le livret d’épargne

C’est le placement numéro 1 en France. Les versements sont autonomes et libres tant sur la fréquence que sur le montant. Même si le rendement du Livret A est quasiment nul, le placement est sûr puisque l’épargne est conservée à 100 %. D’ailleurs l’épargne est disponible immédiatement en cas de besoin.

L’ouverture d’un livret A n’est soumise à aucune condition d’âge ni de condition professionnelle ou sociale.

À noter :
Des tiers peuvent également procéder à des versements sur l’épargne d’un membre de sa famille.

L’Assurance vie

Épargne chouchou des Français, l’assurance vie est un investissement avantageux permettant un vaste champ d’action. Le montant des versements est imposé et peut être revu à la hausse d’une année à l’autre, le but étant de constituer un pécule pour la retraite et ainsi, de diversifier son épargne.

L’assurance vie présente plusieurs avantages, comme :

  • Une épargne sécurisée pour faire face aux aléas de la vie ;
  • un capital intéressant in fine grâce à des versements réguliers ;
  • une protection pour sa famille ;
  • la possibilité de transmettre son capital aux bénéficiaires désignés hors succession jusqu’à 150 000 euros en cas de décès ;
  • la possibilité de retirer le capital à n’importe quel moment ;
  • préparer une rente pour la retraite.

Grâce à l’assurance vie, il est possible de réduire l’impôt sur le revenu. C’est une épargne rentable à compter de la 8e année.

Bon à savoir :
Il est possible d’ouvrir plusieurs assurances vie pour diversifier son épargne.

Le rachat de trimestres (et de points)

Les personnes désirant partir à la retraite plus tôt, mais sans avoir cumulé le nombre de trimestres nécessaires tout en obtenant le taux plein, peuvent racheter un certain nombre de trimestres. La durée de l’assurance est ainsi augmentée pour partir à la retraite avec une rente sensiblement identique à ce qu’elle aurait été si l’actif avait travaillé jusqu’à l’âge légal.

Le rachat de trimestres peut être réalisé via le compte épargne temps, puisque certaines entreprises permettent sa monétisation dans le but de racheter les trimestres manquants. Il est donc vivement conseillé d’en parler avec l’employeur. En rachetant des trimestres, il est possible de déduire ce rachat des revenus et donc des impôts afin de défiscaliser.

Les trimestres pouvant être rachetés sont :

  • Les années d’études supérieures d’établissements d’études supérieures, d’écoles techniques supérieures, de grandes écoles et de prépas dès lors qu’un diplôme a été obtenu à l’issue des études ;
  • les années incomplètes de cotisations dont moins de 4 trimestres ont été validés par la sécurité sociale.

L’investissement immobilier

Si les placements financiers sont largement mis en avant pour constituer une épargne pour sa retraite, l’immobilier est aussi un excellent placement. Voici comment faire pour investir dans la pierre en vue de profiter d’une retraite confortable.

Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP)

Ce dispositif fonctionne via l’amortissement pour défiscaliser. Il vous permet d’investir sur le long terme et d’obtenir un complément de revenu au moment de la retraite. Avec le LMNP, il est possible d’investir dans :

  • Les résidences hôtelières ;
  • les résidences de tourisme ;
  • les EHPAD ;
  • les résidences étudiantes.
Bon à savoir :
Les résidences de tourisme et hôtelières ne sont pas sans risques, car ces produits sont soumis aux changements économiques. Pour les EHPAD et les résidences étudiantes, un gestionnaire s’occupe de tout pour vous.

Afin de mener à bien votre projet, il est conseillé de vous adresser à un gestionnaire de patrimoine qui vous indiquera si votre investissement est fiable et viable.

Bon à savoir :
Même si les revenus perçus sont imposables dans les BIC, vous bénéficiez aussi de la règle d’amortissement comptable qui vous exonère pendant au moins 15 ans et jusqu’à 30 ans maximum.

Les SCPI

La SCPI permet d’obtenir un revenu complémentaire. En général, un gestionnaire s’occupe de tout pour vous pour une somme largement amortie. Accessible à tous, la SCPI est une méthode facile pour obtenir un complément de retraite.

L’investissement en démembrement

Investissement de niche, seuls les connaisseurs s’y aventurent, pourtant, c’est aussi un bon moyen d’obtenir une épargne pour la retraite. Le but est d’acquérir la nue-propriété temporaire d’un bien immobilier pendant que l’usufruit est géré par un bailleur. Ce dernier pourra louer le bien et en conserver les loyers pendant le démembrement. Ainsi, vous pouvez obtenir une décote sur le prix d’achat qui peut parfois atteindre 40 %.

Bon à savoir :
La durée du démembrement est déterminée dès la signature du programme et l’investisseur en a connaissance au démarrage du contrat. En moyenne, la durée observée est d’environ 15 ans.

Grâce à l’investissement en démembrement, il est possible de devenir propriétaire à moindre coût et sans toutes les contraintes associées. D’autre part, dans la mesure où vous ne percevez pas de loyer, vous n’êtes donc pas imposé !

Dès la fin du démembrement, le bailleur doit remettre le bien en état et remettre les clés au nu-propriétaire qui pourra utiliser son bien comme résidence principale ou secondaire ou encore le proposer à la location pour obtenir un complément de retraite.