Loi sur l'Economie Sociale et Solidaire

Image symbole loi ESS

La Loi Economie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 vise à encourager un changement d'échelle de l'économie sociale et solidaire dans tous ses aspects, afin de construire avec les entreprises de l'économie sociale et solidaire une stratégie de croissance plus robuste, plus riche en emplois, plus durable et plus juste socialement. Elle répond à 5 objectifs spécifiques :

  • Reconnaître l'ESS comme un mode d’entreprendre spécifique
  • Les mesures de la loi vont permettre :
  • a reconnaissance des acteurs historiques et de la nouvelle entreprise à but social ;
  • la rénovation de l'agrément d’entreprise solidaire d’utilité sociale qui permet aux entreprises agréées d’accéder notamment à l’épargne salariale solidaire ;
  • la création d’un socle juridique à partir duquel pourront être développés de nouveaux financements spécialisés, orientés vers les entreprises de l’ESS ;
  • le financement de l’innovation sociale.

 

Vidéo réalisé par la Mutualité Française

Consolider le réseau des acteurs de l’ESS

Les mesures de la loi vont permettre : 

  • la reconnaissance législative des institutions représentatives de l’ESS ;
  • de structurer le réseau des Chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CRESS) et du Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CNCRESS) ;
  • d'instaurer un guide de bonnes pratiques élaboré avec les acteurs qui permettra de détailler les axes sur lesquels l’entreprise de l’ESS devra améliorer son exemplarité sociale ;
  • de clarifier le régime juridique de la subvention ;
  • de renforcer le financement des associations, des fondations et des mutuelles par des instruments financiers adaptés.

 

Redonner du pouvoir d’agir aux salariés

Les mesures de la loi vont permettre :

  • la formation des salariés à la reprise de l'entreprise ;
  • la création d'un statut transitoire de sociétés coopératives et participatives (SCOP) d’amorçage pour permettre aux salariés de reprendre une entreprise sous forme de SCOP ;
  • de complèter le dispositif de la reprise de site rentable de la loi du 29 mars 2014 visant à reconquérir l'économie réelle (dite « loi Florange »).

 

Provoquer un choc coopératif

Ces mesures de la loi vont permettre :

de rendre obligatoire pour toutes les coopératives la révision de leur mode de fonctionnement au regard du respect des principes coopératifs ;

d'autoriser la création de groupe de SCOP (une SCOP pourra ainsi créer des filiales sous la forme de SCOP) ;

de développer l’emploi privé au service de l’intérêt général avec les sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) ;

de développer les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) pour multiplier les salariés-entrepreneurs.

Renforcer les politiques de développement local durable

 

Les mesures de la loi vont permettre :

  • de développer les pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) pour créer des emplois non délocalisables ;
  • une meilleure utilisation de la commande publique en faveur de l’emploi avec les schémas d’achats publics socialement responsables ;
  • de reconnaître les territoires et leurs actions en faveur de l’ESS ;
  • de reconnaître les dimensions locales et sociales du commerce équitable ;
  • de reconnaître les monnaies locales (ou solidaires).

En savoir plus sur ces objectifs


Découvrir également le livret faisant la synthèse des textes législatifs et réglementaires de l'ESS

 

Découvrir

Actualités de l’ESS

ESS en action / portraits

Newsletters de l'ESS

Focus sur la newsletter du Labo de l'ESS

Le Labo de l’économie sociale et solidaire (ESS) est un Think Tank qui s’est donné comme objectif de faire connaître et reconnaître l’économie sociale et solidaire.Les grandes thématiques liées à l'ESS sont abordées dans leur newsletter ainsi qu'une présentation de l'actualité nationale.

Plus de détailsDécouvrez les newsletters de l'ESS !
Retourner en haut de la page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord